IHPE – LAFONT Maxime

Maxime-2017IHPE UMR 5244
Université de Montpellier
Place Eugène Bataillon CC 80
F-34095 Montpellier Cedex 5
Tel +33(0)4-67-14-37-26
Fax +33(0)4-67-14-46-22
email: maxime.lafont@partenaire-exterieur.ifremer.fr
rond-GB
GRADE : Doctorant (CV)
ENCADRANTS : Benjamin GOURBAL & Caroline MONTAGNANI
EQUIPE : MIMM
RESEAUX SOCIAUX SCIENTIFIQUES (cliquer sur le logo)
SUJET DE THESE :
Mécanisme et spécificité du priming immunitaire chez les mollusques Lophotrochozoaires
MOTS CLES
Interactions hôte-pathogène, Crassostrea gigas, Mortalités estivales, OsHV-1 (ostreid herpes virus 1), Biomphalaria glabrata, Schistosomiase, Schistosoma mansoni, Priming immunitaire, Séquençage haut débit (RNA-seq.), RNAi, Mécanismes moléculaires et cellulaires
PROJET DE THESE
La protection préventive des invertébrés contre les infections (vaccination) a longtemps été considérée comme impossible dans la mesure où la communauté scientifique pensait que les invertébrés étaient (i) dépourvus de cellules mémoires et (ii) incapables de produire de manière clonale des récepteurs immuns diversifiés et spécifiques, à l’instar des vertébrés. Cependant, ces dernières années, les découvertes accumulées chez ces animaux ont mis à mal ce paradigme et la question de l’existence d’une forme de mémoire immunitaire chez certains invertébrés se pose à nouveau. Afin d’éviter toute polémique, ce phénomène a été nommé« priming immunitaire ». Ce projet de thèse pose la question de la nature et de la conservation des bases moléculaires du priming immunitaire chez les mollusques. Il s’intéresse à deux modèles de mollusques clés pour leur position phylogénétique (lophotrochozoaires pour lesquels les mécanismes immunitaires restent méconnus) et leur intérêt économique (huître creuse Crassostrea gigas) et médical (Biomphalaria glabrata, vecteur de la bilharziose). Basé sur des résultats récents obtenus au laboratoire, le projet de thèse consiste (i) à identifier les bases moléculaires des phénomènes de priming immunitaire par une approche de séquençage massif des ARNs (RNAseq) et (ii) à analyser la fonction des gènes identifiés par une approche de knock down par RNAi. L’étude de ces deux modèles offre l’opportunité de découvrir de nouveaux mécanismes immunitaires et voies de régulation non conventionnels au regard des données connues chez les vertébrés. La caractérisation des bases moléculaires du priming immunitaire permettra enfin de proposer des réponses dans le cadre de la protection des huîtres aux mortalités estivales ou sur les questions épidémiologiques dans le contrôle de la Bilharziose.
DERNIERE PUBLICATION : lien